DSC08617.jpg

Qui est-elle?

IMG_5403.jpeg

Née en 1969, Isabelle Bourlon se rebaptise Folisabelle en 2011, s’associant ainsi pleinement à sa folie.

 

« La folie est un grain de sagesse nécessaire, dit-elle. C’est grâce à celle-ci que l’on trace sa route, unique et personnelle. Inimaginable si on ne l’emprunte pas le chemin de l’inconnu, un pas à la fois. Découvrant la vie telle Alice aux pays des Merveilles, entre rêve et réalité.

Trouver les chemins plus fous, traverser ses propres enfers pour découvrir des miracles au milieu d’un oasis de paradis. Croire en la folie de l’invisible dans une société rationnelle et cartésienne. Enfin, lâcher prise en n’écoutant plus que son intuition en guide. 

Avoir peur mais avancer. Moins douter. Tacher de garder la paix en soi. La foi. Faire taire nos jugements envers soi-même et les autres. Oui, c’est compliqué, et j’échoue souvent. Mais ma folie et l’espoir, je ne sais pourquoi, ne me quittent que très rarement. Ils reviennent vite au galop pour rire au vent nouveau ! ajoute-t’elle en riant.

Je vis comme je peins. Un coup de pinceau à la fois, sans autre but que d’aimer chaque trait, chaque jour, chaque instant. Me corrigeant sans cesse afin d’évoluer constamment. Être »

Hypersensible, l’enfance d’Isabelle se dessine sur des bouts de papier, fuyant un monde de critiques et de compétition grâce à l’humour de Franquin, Roba, Sempé et Goscinny.

 

« A l’époque, je trouvais ça fou que des hommes arrivent à monnayer des petits dessins pas sérieux ! Je les enviais vraiment de rire tout le temps. Comme s’ils vivaient toujours dans une super cour de récré remplie de copains supers cool qu’eux-même créaient ! Un vrai rêve ! »

Née d'un mère institutrice rigoureuse, d'un père biologiste, peintre et bricoleur de génie, et ayant un frère ornithologue dans l’âme, elle aime peindre la nature. C’est à travers son observation qu’elle comprend nos cycles, l’évolution, la paix, la violence, la finesse et la poésie de son chant imperturbable. La biodiversité et l’indispensable différence de chacun dans un monde qui cherche une uniformité.

 

Peintre, comédienne, auteur, elle révèle sa force créative, joyeuse et juste dans un point de vente à Erpent (Namur) depuis 5 ans.

D’un parcours de 13ans dans le Bellow the Line chez Stratégie-Liège, travaillant pour les plus grandes marques en packaging et promotion sur le point de vente, elle dédie ensuite 13 ans à ses 3 enfants, son mari, son nid. Mais toujours, elle crée, se réinvente un univers, décore, joue et s'amuse de ses pinceaux avec la joie de l'enfance.

En 2011, après des évènements personnels qui la ravagent, elle éclot plus forte de toute cette expérience et s’ajuste enfin à sa place.

L'artiste Folisabelle naît du mix de tout ce mélange emprunt de rêves enfuis.

 

Courant, d'un salon à l'autre, travaillant jour et nuit, prenant tous les risques et s'occupant de ses 3 enfants, elle devient l’Artiste de la Paix sur la Citadelle en 2014, s’associe avec des artisans afin d’offrir ses compétences et sa philosophie sur leurs emballages, crée des spectacles joués à Namur en Mai et lors festival des Solidarités dont l’emblème des moulins est issus de ses créations. Ravissant certains établissements namurois avec art, humanisant de grands hôpitaux et Solidaris mutualité de ses créations, elle écrit son 7ème livre « J’ai un truc à dire » qui se révèle un grand succès en autoédition.

Un concept unique murement réfléchi faisant d’elle une artiste complète qui déploie ses ailes grimpant vers son étoile.

 

Une artiste très à l’écoute, aimant le silence des arbres mais aussi les instants rieurs et bavards des fleurs. Posant les justes mots sur toile et papier, respectueuse, œuvrant avec empathie et bienveillance.

 

En maître guide, pour elle, c’est une évidence ;

 

Les plus grandes Armes d’instructions massives sont L’Amour et L’Humour !

 

Bref, ouvrez les bras, rêvez à l'impossible, acceptez l'inconnu avec enthousiasme, il regorge de miracles, et connaît la route de votre Bonheur !

IMG_1873 2.jpeg